FICHE TECHNIQUE
Produit par : Alan Ball, Robert Greenblatt et David Janollari.

Comédie dramatique
5 Saisons : 13 (ou 12) épisodes de 50 minutes
Coproducteur : Alan Poul et Christian Williams.
Studio de production : HBO

Musique :
- Thème principal: Richard Marvin et Thomas Newman
- Inspiration Information: Shuggie Otis
- Bohemian Like You:Courtney Taylor-Taylor

Une série mortelle...

Diffusée sur HBO aux Etats-Unis et sur Canal Jimmy, Canal + puis France 2 en France, cette série est un véritable bijou d'humour noir devenue une série culte dans la lignée des Sopranos. Rarement, à mon avis, une série télé n'aura atteint une telle qualité, tant au niveau du scénario que de l'interprétation des acteurs.

   

Six Feet Under a été créée par Alan Ball le scénariste de l'excellent et décapant American Beauty en 2001. C'est la chaine HBO qui diffuse la série (ainsi que les Sopranos).

Il s'agit d'une série résolument anticonformiste qui brise plusieurs tabous. Le premier tabou est celui de la mort : l'action de la série se déroule dans une entreprise funéraire familiale, Fisher & Sons. Après la mort accidentelle du père, Nathaniel Fisher Senior, ce sont ses deux fils qui héritent de l'entreprise basée à Los Angeles. La disparition de Nathaniel va faire basculer l'existence de tout le reste de la famille. Nathaniel, le fils ainé, ayant fui le foyer familial très tôt, revient pour les obsèques de son père et ne repartira plus. Après avoir tant fui le climat austère et lugubre de sa maison, il reprend l'affaire avec son frère David, qui lui, s'est voué corps et âme à l'entreprise. La famille Fisher est donc à nouveau réunie au complet dans la même maison : Ruth, la veuve éplorée tiraillée entre la culpabilité et l'envie de continuer sa vie de femme (elle entretenait une liaison avec un coiffeur avant que son mari ne passe l'arme à gauche), Claire la cadette, âgée de 17 ans en pleine crise d'adolescence et existentielle, qui va au lycée dans son corbillard repeint en vert et raillée par l'ensemble de ses camarades. Quant à David, il est le fils "modèle" celui qui prend toutes les responsabilités et tente tant bien que mal de gérer Fisher & Sons, menacée par une chaine funéraire qui veut faire couler l'entreprise. Cependant, sous sa carapace d'homme fort, il tente de refouler son homosexualité en la vivant sporadiquement de façon clandestine. A ces personnages s'ajoutent Brenda, la petite amie de Nathaniel rencontrée dans le vol qui le menait à Los Angeles le jour de la mort de son père. Brenda est une fille plutôt fantasque et légère mais sous cette apparence bien des mystères demeurent...Quant à feu Nathaniel Fisher (Richard Jenkins), il vient régulièrement hanter les siens et demeure un personnage récurrent de la série, ponctuant les scènes de ses commentaires toujours sarcastiques.

Chaque épisode démarre par une scène où l'on assiste à la mort d'une personne qui sera "prise en main" par Rico, le "réparateur" de cadavres de la maison funéraire. On suit alors les évènements qui suivent la mort du personnage, son histoire personnelle et sa famille. Parallèlement, on suit les tourments et les interrogations de la famille Fisher. Là où l'anticonformisme est manifeste c'est dans le choix des victimes : on assiste à la mort d'un enfant de 6 ans ou bien celle d'un bébé (ce qui se fait rarement dans les autres séries), d'une ex-star du porno, etc... Tout cela étant montré sans l'ombre de voyeurisme, sans climat malsain.

Un des autres tabous brisé est celui de l'homosexualité, Alan Ball le scénariste, ouvertement gay, a décidé de montrer des scènes d'amour entre hommes très explicites. Comme il l'expliquait lors d'une interview d'Alain Carrazé (Canal Jimmy), contrairement aux autres séries où il y a le gay de "service " joyeux et épanoui, il a choisi de montrer l'indécision, les doutes, la culpabilité qui assaillent David tout au long de la série (ça s'arrangera par la suite), les difficultés à s'assumer en tant que tel.

Malgrès le contexte qui semble d'office lugubre et sinistre, la réussite de Six Feet Under réside sans doute dans son humour décapant et cynique. Car c'est une série très drôle : dans l'épisode pilote on assiste à des pubs hilarantes, ainsi on peut voir de belles filles présenter un corbillard à la manière du Juste Prix (sans Philippe Risoli, ouf !). On voit aussi une pub vantant les produits de maquillage pour les morts... Bref, c'est vraiment de l'humour noir.

Forte du bouche à oreille très élogieux à son égard, Six Feet Under, est très appréciée par le public et les critiques. La série s'est terminée en pleine gloire, dans un bouquet final absolument détonnant au terme de sa cinquième saison, donnant une sensation de finition plutôt que d'interruption. On se souviendra à jamais d'elle comme l'une des plus belles séries ayant eu comme sujet la mort.